L’ANIMT en région

Carte > Est > Lyon

avatar-1004
Subdivision : Est
Référent : Guillaume POULIQUEN
Contacter par

Interne référent : Guillaume Pouliquen

referent.mdt.lyon@gmail.com

Coordinatrice du DES : Pr Barbara CHARBOTEL 

barbara.charbotel@chu-lyon.fr

 

Les stages :

L’avantage de Lyon est qu’on ne manque pas de stage !

De très nombreux terrains à la fois en clinique et médecine du travail ont l’agrément ce qui permet de les faire ouvrir (en s’y prenant suffisamment à l’avance), la liste ci-dessous est incomplète et à titre indicatif.

 

Les stages « cliniques »

  Addictologie : CHU de la Croix rousse, service d’hospitalisation et consultations ; service de consultation au Vinatier (SUAL).

      Dermato-allergologie : Hôpital Edouard Herriot (HEH), CHLS

  Dermato-onco : hôpital Lyon Sud (CHLS)

  MPR  : Hôpital Henry Gabrielle (polyvalent, HDJ ou service) ; Hôpital des Massues (HDJ « lombalgie » ++)

  Pneumo/Pathologie du sommeil : CHU de la Croix rousse

  Pneumo/onco : Hôpital Saint Luc-Saint Joseph (Lyon 7)

  Psychiatrie : post-urgences HEH (UPC hospitalisation courte), urgences HEH, psychiatrie de secteur.

  Urgences : Hôpital Saint Luc-Saint Joseph ; HEH ; Croix Rousse

  Cardiologie : Médipôle (hospitalisation)

        Centre anti-poison

–     Rhumatologie : possibilité à Vienne

 

Les stages de Médecine du travail :

Stages à encadrement universitaire (1 semestre à valider en phase approfondissement) :

      Pathologie professionnelle  et environnementale : au CHLS avec le Pr Charbotel notre coordinatrice. Etant donné le nombre d’internes et la capacité d’accueil de ce service, tous ne pourront pas y passer. L’alternative sera un passage en médecine du travail du personnel hospitalier. Deux postes par semestre en approfondissement. Possibilité d’ouvrir un poste en phase consolidation également en fonction du projet.

      MTPH : Médecine du travail du personnel hospitalier des hospice civils, sous la direction du Pr Fassier, plusieurs postes sur plusieurs sites des HCL (HEH, GHE, CHLS), la répartition se fait entre les internes en fonction de leur degré d’autonomie et des capacités d’encadrement. Deux postes par semestre.

–      IUMT : l’institut universitaire de médecine du travail, un service de suivi du personnel et des doctorants de l’université, avec une importante activité de recherche.

Autres stages :

  Des services inter-entreprises

o    BTP (bâtiments et travaux publiques) : Sur Villeurbanne ou autre site

o    AGEMETRA et AST, les deux gros inter-entreprise de Lyon, qui proposent souvent 3 à 5 postes chacun,

o    Plusieurs services de santé au travail en périphérie (Vienne, Ain, Drôme, Ardèche)

    Des services autonomes :

o Centrale nucléaire de St Alban

o SNCF

o CNRS

o INSA

o SOLVAY : (chimie) Saint-Fons (nécessité d’être véhiculé), stage qui n’a pas été ouvert depuis un moment, selon profil et motivation.

o Pour la fonction publique : Ville de Lyon, métropole de lyon, Hôpital du Vinatier (Bron).

o Pompiers (actuellement fermé par manque de séniorisation, en réévaluation).

o MSA : mutuelle sociale agricole (actuellement fermé par manque de séniorisation, en réévaluation).

 

Les choix de stages se font maintenant non plus toutes promotions confondues, mais par phase, à l’ancienneté et au classement ECN. Dans la pratique pour l’établissement des stages proposés à chaque phase on établit un pré-choix bien en amont (Pré-COP ou CEBF). Ça ne change donc pas grand-chose, les anciens choisissent toujours avant 😉 Pour les socles pas de panique, il y aura toujours les stages nécessaires pour suivre la maquette.

Le stage de pathologie professionnelle compte désormais comme un stage médecine du travail (autrefois on pouvait le valider en clinique).

Ces derniers semestres l’inadéquation était respectée (ouvrir plus de postes que le nombre d’interne pour que le dernier à choisir ait deux options), mais le stage en surplus ouvert est toujours un stage de médecine du travail, donc attention au respect de la maquette !

 

Les cours :

Les cours de DES sont organisés sur les 2 premières années au sein de l’inter-région Rhône- Alpes et regroupent donc les villes de Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne, avec un examen écrit chaque année (oral de rattrapage si besoin).

On compte environ 1 à 3 jours de cours par mois, dont une majorité sur Lyon, assurés par des enseignants de la spécialité à destination des internes de DES et des médecins collaborateurs (en reconversion vers la médecine du travail).

Les cours sur Grenoble, Clermont et St Etienne sont regroupés sur 3 jours de suite pour éviter trop de déplacements.

Cette année ont été expérimentés les cours en vidéo-conférence, qui seront peut-être reconduits l’année 2020-2021.

Dans tous les stages de médecine du travail la journée de formation est respectée, ce qui permet de bosser sur sa thèse et d’assister sans soucis aux cours. En stage clinique l’accès aux journées de cours ne pose pas de soucis, mais la demi-journée de formation en autonomie est plus hasardeuse et dépend du stage et du chef de service. Globalement c’est en amélioration mais il reste beaucoup de stages cliniques pour lesquels ce n’est pas respecté…