Quels sont les débouchés après l’internat ?

Par Camille BASCHET,
0


 

A l’heure actuelle, un jeune médecin du travail a l’embarras du choix quant à son mode et son lieu d’exercice. Cette position très favorable devrait durer pour encore plusieurs années.

La majorité des médecins du travail exerce dans les services interentreprises qui veillent sur 90% des salariés. Ce sont des structures associatives à but non lucratif (ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas beaucoup de moyens.)

 

Les services interentreprises

On trouve dans ces services toutes les entreprises qui sont trop petites pour avoir leur propre service de santé au travail ou celles, plus importantes, qui ne veulent pas en créer un. Vous suivrez donc tout type d’entreprise, dans des secteurs d’activités très variés. Il existe des services interentreprises spécialisés dans une branche professionnelle (BTP, Transport…). Vous suivrez vos salariés avec l’aide de l’équipe pluridisciplinaire. Par la suite vous pourrez évoluer comme médecin coordonnateur (vous gérez l’équipe des médecins).

Avantages : Un travail salarié, « aux 35h » (mais en pratique 39h/semaine), avec un salaire généralement au-dessus de la grille du CISME (convention collective de santé au travail). L’activité est très diverse et variée. L’équipe pluridisciplinaire y est souvent très riche.

Inconvénient : Le nombre de salarié à suivre est de plus en plus important et il est difficile de prendre en charge tout le monde, surtout pour la prévention primaire.

 

 

Les services autonomes

Ils surveillent 10% des salariés en France. C’est un service de santé au travail interne à une entreprise qui est possible lorsque celle-ci emploie plus de 500 salariés. Ces structures se retrouvent donc dans les entreprises qui ont une importante masse salariale. Vous êtes embauché directement par l’entreprise, toujours avec un statut de salarié protégé, et vous vous occupez donc d’elle à plein temps. Il faut savoir que lorsque l’employeur a le choix entre adhérer à un service de santé interentreprises ou créer son propre service de santé au travail, c’est lui qui choisit.

Avantages : Vous avez une grande connaissance de l’entreprise. Vous participez aux comités directeurs et donc à toutes les décisions internes de l’entreprise. Il y a plus de possibilité de prévention primaire. La rémunération y est souvent plus intéressante qu’en service interentreprises.

Inconvénient : Il faut davantage se battre pour faire respecter son indépendance. L’activité peut être moins variée, vous travaillez avec des horaires plus étendus (statut de cadre dans une grande entreprise).

 

 

Carrière Hospitalo-Universitaire

Vous pouvez comme dans les autres spécialités faire un master 2 pendant votre internat afin de faire de la recherche et peut être devenir Professeur !  En restant dans ce milieu, vous pourrez partager vos connaissances avec  les étudiants et faire progresser la discipline. Vous aurez également accès aux cas les plus intéressants, et pourrez diversifier vos activités tout en approfondissant les points qui vous intéressent. Il reste des postes non pourvus, vous aurez donc peu à souffrir de la concurrence !

Avantages : Le titre, la recherche, l’hôpital.

Inconvénient : Le salaire en début de carrière, l’hôpital.

 

 

Fonction publique d’Etat et Territoriale

Vous ne serez plus médecin du travail, mais appelé médecin de prévention. Pour les fonctionnaires, l’aptitude au poste n’existe pas, de même que le licenciement (rarissime). Tous les reclassements sont donc imaginables.

Vous pouvez exercer dans les CDG (centre de gestion) qui gèrent les employés de la fonction publique territoriale (employés de mairie, conseil général …). Certains conseils généraux, ou grandes structures publiques ont leur propre service (les universités par exemple).

Le statut du médecin de prévention en fonction publique peut être assez précaire : en effet il n’existe pas de corps de fonctionnariat associé, le médecin est ainsi embauché en CDD pendant un maximum de 3 ans avant une CDIsation.

 

 

Mutualité Sociale Agricole (MSA)

L’équivalent des services inter-entreprises mais pour tous les salariés qui dépendent du régime agricole. Les secteurs sont quand même assez variés (aides à domicile, employé de boucherie, jardinerie, d’exploitation agricole, scierie…).

Avantages : Vous êtes intégrés à la caisse, ce qui permet d’avoir une relation privilégiée avec le médecin conseil, les préventeurs de l’équivalent de la CARSAT. Le contact est facile avec les autres médecins de la MSA, ce qui permet d’avoir toujours un réfèrent en cas de problème.

Inconvénient : Les équipes pluridisciplinaires ont encore du mal à s’implanter dans ces structures et le salaire est inférieur à la grille du CISME.

 

 

MIRTMO

 

Le médecin Inspecteur Régional du Travail et de la Main d’Œuvre (MIRTMO)  travaille à la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) où il exerce une activité de conseil, d’appui technique et d’expertise.

Les MIRTMO sont des médecins du travail, inscrits sur une liste d’aptitude par une commission dépendant du Ministère du Travail et recrutés par une DIRECCTE pour un contrat à durée déterminée (statut de contractuel de l’État) de 3 ans renouvelables deux fois puis transformé en CDI. Ils suivent une formation initiale de 10 semaines à l’EHESP[] (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique) ainsi qu’une formation continue. L’objectif de l’action d’un MIRT est la protection de la santé physique et mentale des travailleurs sur leur lieu de travail. Pour ce faire, ils disposent de moyens : les pouvoirs et les obligations des inspecteurs du travail sont étendus aux médecins inspecteurs à l’exception du pouvoir de sanction.

Vous n’avez plus vos propres salariés, vous les voyez pour arbitrage lors des contestations d’inaptitude. C’est vous qui validez le fonctionnement des services de santé au travail, les projets de service, qui donnez l’agrément aux services, vous participez à nombre de commissions, dont le CRRMP (Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles). Vous avez un rôle de santé publique par la mission de veille sanitaire en collaboration avec l’INVS.

 

 

Le MIRT, à la différence de l’inspecteur du travail, n’a aucun rôle disciplinaire. Par exemple, en cas de contestation d’un avis d’aptitude par un salarié ou un employeur, c’est le MIRT qui est saisi pour émettre un avis médical de par sa compétence. Cet avis sera transmis à l’inspecteur du travail qui prendra la décision. L’inspecteur du travail n’est pas obligé de suivre l’avis du médecin inspecteur du travail.

Avantages : visions globale de santé au travail d’une région, activité variée, gestion de projets.

Inconvénients : poste plutôt administratif, le salaire est moins attractif, le versant politique peut en effrayer certains.

 

 

Directeur de Service interentreprises

Et oui pourquoi pas vous ! Les directeurs sont souvent des juristes ou des gestionnaires mais avec du travail et de la motivation, vous pourrez peut-être un jour diriger votre service …. Et ce n’est pas utopique : cela existe déjà !

 

Il y a certainement beaucoup d’autres possibilités, à vous de vous les inventer !


avatar-250
À propos: Camille BASCHET

Soyez le premier à commenter.

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.