AG #4 L’alerte sur la baisse des hospitalo-universitaire en médecine du travail

Par Romain DA ROCHA,
0


  Assemblée Générale

Assemblée générale du 4 septembre 2020
#4 Alerte sur le nombre de postes d’hospitalo-universitaire en médecine et santé au travail

Dans un courrier adressé à une quinzaines de destinataires nous avions alertés sur la baisse continue du nombre de postes d’hospitalo-universitaire et du nombre de centres de formation. 

Le courrier est à retrouver sur le site internet

Nous nous étions appuyés sur les arguments du rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales intitulé “Attractivité et formation des professions de santé au travail” et dont l’un des co-auteurs était le Pr. Jean-Marc SOULAT, ancien président du collège des enseignants.

C’est ainsi que nous demandions :
1) de repenser le modèle du parcours HU en assurant la création par dotation exceptionnelle de 20 postes de PH puis de PHU. 
2) la création de nouveaux statuts universitaires davantage calqués sur la médecine générale :
-des maîtres de stages universitaires, pour améliorer le contenu pédagogique des stages et valoriser l’investissement des médecins de SST dans la formation des générations futures,
-des postes d’enseignant à temps partiel (enseignant attaché), permettant aux médecins du travail de maintenir une activité en milieu de travail tout en introduisant la recherche dans les services de santé au travail

Malheureusement, nous n’avons eu que très peu de retour, essentiellement des “accusés réception” !

A propos des postes universitaires à temps partiels, le collège des enseignements semblerait toujours très réticent à leurs mises en place. Cette année encore, des internes ont dû abandonner le projet d’être chef de clinique en ayant un temps partiel en SSTIE 

Pour autant, le rapport IGAS de 2020 à propos des Services de Santé au Travail recommande la mise en application des recommandations du rapport de 2017. Peut-être une nouvelle opportunité à ne pas manquer pour la réforme à venir ?

Une  stratégie alternative serait de tenter d’intervenir par la voie du tribunal administratif. En effet, le ministère de l’enseignement à l’obligation de garantir les conditions d’enseignements et de formations universitaire … ! 


avatar-1038
Romain DA ROCHA
Président actuel

Soyez le premier à commenter.

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.